Construction et philosophie

Mon inspiration est la période "dorée" du 17-18ème siècle, en particulier la lutherie crémonaise et vénitienne, mais ma démarche se veut créative : "Suivre les grands Maîtres" n'est-il pas retrouver leur esprit et leur modernité ?

La création de l'instrument commence par le dessin sur une page blanche...
Tout est dans les détails : les coins, les ourlets, les  ouies, la volute et le chevillier, les  bords et le filetage, autant d'éléments dans lesquels j'essaie de développer mes goûts esthétiques.

couronne d'éclisse sur moule violon
 ​Puis vient la construction. Le trait devient forme sous l'action des lames des gouges et canifs.
La précision d'éxécution est une caractéristique de mon travail.
​Elle est fondamentale pour atteindre ses objectifs en matière d'esthétisme et de sonorité.
Je place une éxigence identique dans ce qui ne se voit pas, par exemple dans la façon dont les contre-éclisses sont encastrées dans les tasseaux.

​Cette exigence constitue véritablement ma signature.

Près de 200 heures sont nécessaires à la fabrication d'un violon artisanal de qualité.



Le montage et le réglage sont effectués dans cette même logique de grande qualité. 
Ici, c'est directement le confort de jeu du musicien qui est en jeu.
poli de sillet et chevilles violoncelle
Poli des sillets,  précision des saignées, hauteur des cordes, insert ivoire sous la chanterelle, conicité parfaite des chevilles...

Les accessoires sont choisis parmis les meilleurs.